Bible-Centre

RÉFLEXIONS pour 1Co 7:7

Je voudrais que tous les hommes fussent comme moi ; mais chacun reçoit de Dieu son don particulier, celui-ci d'une manière, celui-là de l'autre.
Masquer

Dans ses lettres, Paul a plusieurs fois discuté des questions de la religion sous sa relation à la vie spirituelle. On pourrait réduire le résumé de ces discussions à la simple formule: pour le Royaume, la religiosité de l’homme n'a pas en principe de valeur, et donc, elle n'a non plus de valeur et pour l'Église. Et l’homme religieux peut prendre sa religion avec lui au Royaume, si elle lui est organique, tout comme il peut la prendre avec lui à l'Église, à condition qu'il ne pas l'ériger en principe et l’imposer aux frères. Mais l'apôtre ne pouvait bien sûr ne pas voir dans la religion et la composante spirituelle. En fait: il y a des gens, pour qui la religion est inséparable de leurs relations avec Dieu et avec le prochain, et par conséquent, et de la vie spirituelle au sens propre des mots. Et ici tout est déjà défini par la mesure de la sincérité d’une personne concrète. Pour quelqu'un la religion est un moyen d’affirmation de soi spirituelle, un moyen d'influencer les esprits et les âmes, et parfois et un moyen de manipuler les autres gens.

Paul considère une telle religiosité, ce qui n'est pas étonnant, de tout à fait inacceptable pour le Royaume, et donc, et pour l'Église. Si la religiosité de l’homme est telle, on ne peut pas parler d’une vie spirituelle normale. Mais que faire si la religiosité est seulement une forme, l'enveloppe protectrice de la vie spirituelle? Bien que cela ne se produit pas assez souvent, mais arrive tout de même, et l'apôtre trouve inadmissible de détruire cette enveloppe protectrice: car l’homme peut simplement encore être pas suffisamment ferme spirituellement pour s'en sortir sans elle.

Une telle religiosité est d'habitude propre aux gens qui viennent juste de s’engager sur la voie spirituelle, et les restrictions religieuses et les interdictions, restant externes et ne remplaçant pas ce qu'on appelait au temps de Paul la Torah intérieure, leur sont vraiment nécessaires et leur permettent de ne pas s'égarer de la voie spirituelle. La destruction d'une telle religiosité serait encore une autre et, probablement, épreuve inutile pour son possesseur. Certes, tôt ou tard tout un chacun, qui va sur la voie spirituelle, la voie de la justice et la voie du Royaume, devrait se séparer avec sa religiosité si ce n’est pas pour toujours, alors au moins l'éloigner au deuxième plan.

Mais ici, comme dans la vie en général, tout se passe en son temps. Et l'apôtre propose de ne pas précipiter les choses: car, pour celui, qui n'est pas encore prêt à se séparer de l'enveloppe religieuse habituelle, sa destruction violente peut se tourner en une crise spirituelle sérieuse. Et l'apôtre propose de ne pas risquer, mais de laisser chacun spirituellement grandir jusqu'à cette étape, lorsque la séparation avec sa propre forme religieuse deviendra pour lui organique.

Sujets:

Suite à l’inscription, vous pouvez vous abonner à un acheminement de textes de n’importe quel plan de lecture de la Bible.

Nous avons à l’idée de mettre en œuvre, progressivement, des possibilités de paramétrage personnalisé ainsi que d’autres services pour des utilisateurs déjà inscrits. Nous vous conseillons donc de vous inscrire dès maintenant (gratuitement, bien sûr).